AccueilCommuniqués de presseActualitésArticle en cours

Le lieutenant-colonel Romuald Létondot et le sport.

Romuald Létondot, lieutenant-colonel de l’armée française, a participé à de nombreuses missions extérieures afin de contribuer au retour à la paix dans des pays en conflit et participer ainsi à leur développement. Au-delà de ses séjours au Mali et au Togo en tant que coopérant, l’officier n’a pas hésité à renforcer ses compétences et à partager son savoir-faire dans diverses disciplines, telles que le parachutisme ou le kite surf.

Parachutisme

Si Romuald Létondot a toujours fait passer le devoir avant toute chose, il n’a jamais hésité à allier sport et missions militaires, la condition physique participant intrinsèquement à leur succès.

De 1988 à 2008, il a évolué dans l’univers du parachutisme militaire mais aussi du parachutisme sportif. Il a ainsi participé à de nombreuses compétitions et diverses démonstrations, à Pau, Tarbes, Carcassonne et jusqu’en en Nouvelle Calédonie.

Parallèlement au parachutisme sportif, il a pratiqué le parachutisme militaire de 1991 à 2008, en intégrant un groupe de chuteurs opérationnels et a réalisé des SOGH (Sauts opérationnels à grande hauteur) correspondant à des sauts à ouverture commandée retardée à grande hauteur.

Contrairement aux sauts classiques (saut automatique à 300m), le SOGH requiert des compétences de très haut niveau. Il consiste à infiltrer une zone, généralement hostile, après un largage à une hauteur de 1 200 à 4 000 mètres avec une ouverture à basse ou haute altitude.

Outre les SOGH, il existe les Sauts à Ouverture commandée retardée à Très Grande Hauteur (SOTGH). Réservées essentiellement aux grands spécialistes, ces opérations sont mises en œuvre durant les missions d’infiltration et il est exigé de savoir profiter des vents et de la finesse des parachutes pour pouvoir planer sur de longues distances. L’ouverture s’effectue alors dès la sortie de l’avion largueur.

Jet-ski et autres sports

En 2004, le lieutenant-colonel Romuald Létondot a offert ses services dans l’organisation du premier raid en jet-ski sur le fleuve Niger. Il a également participé à cette escapade de 1 550 km, entre Bamako et Tombouctou. Non content d’effectuer l’aller en 6 jours, il boucla le retour avec 3 camarades en moins de 2 jours. Cet événement a été organisé en partenariat avec Mali Aventure.

En 2008, il a décidé d’intégrer l’école de kite-surf « Fil d’Air » à Mèze, dans le département de l’Hérault, en région Occitane, afin de découvrir un nouveau sport extrême. Après avoir navigué sur l’étang de Thau, il a eu l’opportunité de pratiquer cette discipline à Lomé (Togo), à Courseulles-sur-Mer (sur les plages normandes du débarquement) et en Nouvelle-Calédonie durant deux années.

De 2013 à 2015, durant son séjour sur le territoire néo-calédonien, il s’est adonné à la pêche au gros, à la plongée et à la navigation (bateau semi-rigide Valiant).

Pour information, l’officier a effectué de nombreuses chasse en Nouvelle-Calédonie participant ainsi à la régulation des populations sauvages de cerfs Rusa devenus nuisible sur ce territoire.

Si vous désirez parler de notre communiqué dans votre blog ou autre part, vous aurez plus d'informations sur le site officiel mais aussi sur Twitter, Google Plus et LinkedIn.

datePublié le :